Au revoir...

Disparition de Marie Mélisou

La Charte a appris la disparition soudaine de l’auteure Marie Mélisou. Son éditeur et ami, Didier Debord, a accepté de lui rendre hommage.

Marie Mélisou a quitté ce monde le 2 mars. Marie, c’était un pot de miel, un rayon de soleil. Pour avoir fait, entre autre, beaucoup de salons avec elle, j’ai toujours été fasciné par sa capacité à attirer les enfants – le pot de miel –, à les captiver en leur parlant avec passion de ses romans, de ses albums, de ses poèmes, de ses inspirations. Mais j’ai aussi été fasciné par son art de les faire parler, de les écouter : une rencontre avec ses jeunes lecteurs, c’était davantage qu’une rencontre, c’était une véritable communion entre un sourire éblouissant – le rayon de soleil – et des yeux fascinés.
Cet exploit était d’autant plus remarquable que Marie n’a pas eu une vie facile, ponctuée par les maladies et les opérations. Le plus admirable dans sa personnalité, c’est que Marie ne se plaignait jamais et qu’au contraire, elle trouvait toujours l’énergie et l’affection pour se consacrer aux autres, pour aider ceux qui traversaient de mauvaises périodes. Marie, un modèle de générosité, d’altruisme, de disponibilité, d’écoute. Je l’aimais, on s’aimait, en amis. Et nombreux sont ceux qui peuvent en dire autant.
Marie collectionnait le sable, des dizaines de flacons de sable du monde entier artistiquement disposés dans des rayonnages. Son corps rejoindra ces sables de toutes les origines et de toutes les couleurs, témoins de son intérêt pour l’autre, pour tous les autres. Un grain de ces sables restera à jamais coincé sous mes paupières, sous nos paupières.
Que l’on se souvienne de son optimisme forcené et que l’on continue à la lire, à l’apprécier, à se souvenir d’elle. Nous a-t-elle d’ailleurs vraiment quittés ?

Didier Debord, éditeur

Retrouvez la bibliographie de Marie Mélisou sur le répertoire de la Charte et sur son site Internet.