Magazine

Tous les auteurs jeunesse seront rémunérés pour Livre Paris

En discussion avec la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, Pierre Dutilleul, Directeur du SNE, en a pris l’engagement.

Jusqu’à aujourd’hui, Livre Paris, « le plus grand événement du Livre en France », salon du SNE (Syndicat national de l’édition), syndicat composé donc de plus de 600 éditeurs, refusait de rémunérer les auteurs pour les plateaux, rencontres, interventions. Pendant deux semaines, nous avions tenté en vain d’obtenir des réponses. Dans cette attente, de nombreux auteurs jeunesse ont refusé de participer à ces animations. L’argument renvoyé aux auteurs était qu’ils venaient y faire leur « promotion ». Ce terme de « promotion » est un glissement sémantique recouvrant en réalité ce qui relève de l’animation et de la médiation des auteurs dans la sphère sociale, au titre de leur savoir-faire créatif.

Le Centre national du livre a impulsé une réforme fondamentale pour les auteurs : les organisateurs de manifestations soutenues par le CNL doivent rémunérer les auteurs qui participent à des rencontres. La grille tarifaire vient justement de s’aligner sur les tarifs de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse.

La Charte a donc transmis au SNE son indignation qu’un événement aussi symbolique, médiatique que Livre Paris puisse se permettre de refuser la rémunération des auteurs jeunesse, sous prétexte de leur donner de la « visibilité ». Un événement dont l’entrée, rappelons-le, est payante – 29 € le pass Grand Lecteur.

Dans une période où les auteurs vivent une très grande période d’incertitude sur les réformes sociales à venir, où nous savons que leur rémunération d’à-valoir baisse, cela envoyait un signal déconcertant.

En 43 ans d’existence, si la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse a bien gagné un combat, c’est celui de la rémunération pour les interventions – ateliers, rencontres, interventions, dédicaces. Les auteurs jeunesse, d’une voix commune, ont décidé de dire non au travail gratuit. Rencontrer des classes, préparer un atelier, parler de son œuvre, de son travail, se déplacer, échanger, animer est un travail lié à leurs œuvres. Les bibliothèques, médiathèques, établissements scolaires, l’ont compris depuis longtemps. Nous saluons ces partenaires solides, durables.

Qui les lecteurs viennent-ils voir à Livre Paris ? Les auteurs. Nous prenons acte de cette décision forte du Directeur du SNE et nous en informons nos adhérents. Nous l’encourageons vivement à prendre connaissance de l’ensemble des tarifs définis par la Charte et à budgétiser pour Livre Paris 2019 la rémunération des dédicaces.

Aussi, nous espérons que cette décision sera suivie d’effets pour les auteurs de littérature générale et les auteurs de bande dessinée. Le combat des auteurs jeunesse est celui de tous les auteurs.