L’association

« Au-revoir Présidence, bonjour Présidente ! »

Chers auteur.es, ami.es et partenaires de la Charte,

J’ai décidé de ne pas me représenter à la présidence de notre association.
Au moment où j’ai fait ce choix, le premier mot qui m’est venu à l’esprit est Merci.
Merci à Marie Quentrec, qui m’a précédée avec courage et bienveillance.
Merci aux administrateurs du conseil d’administration qui m’ont toujours soutenue, entourée, écoutée, conseillée, merci pour les débats, les questionnements, le temps passé à agir pour défendre nos droits, bénévolement.
Merci au bureau. Valentine Goby, quel duo avons-nous formé pendant ces années, quels souvenirs nous en garderons ! Bravo à toi, ma chère combattante.
Merci à nos salariées aussi, Isabelle Dubois pour ses avis précieux et son efficacité, Gaëlle Le Berre de prendre la relève avec rigueur et intelligence et Edgar-Scott Dupont pour son sérieux et sa motivation.
Quatre ans déjà que je suis au conseil d’administration, deux ans et demi de présidence, et l’envie me vient de prendre du recul pour voir la Charte comme si je n’étais pas plongée dans les dossiers, les affaires et les débats qui se succèdent, comme si je ne réfléchissais pas à la prochaine charte info sur l’élection de Sofia et sur la Scelf qui nous fait attendre ; sur les Assises qui se profilent et les négociations sur nos pourcentages que l’on veut reprendre, sur les partenariats qui se montent et les prochaines actions de communication qui s’inventent…

Qu’est-ce que je vois en sortant la tête de la réalité concrète et quotidienne de notre association ?
Je vois que la Charte évolue, toujours, et que là réside sa force. Sa force, c’est la diversité des auteurs et des illustrateurs qui adhèrent et lui sont attachés, c’est aussi la qualité de ses partenaires et leur fidélité.
Sa force, c’est son conseil d’administration, envers lequel je ressens une infinie reconnaissance et tendresse.
Leurs élans si différents sont le vivier de toutes nos actions.
Chacune de nos campagnes, de nos tribunes, de nos charte-info, de nos victoires et de nos déceptions résulte des propositions et des actions de ce collectif où se côtoient autant d’opinions que d’individus.
J’aime la Charte pour la liberté de parole qu’elle véhicule, l’espoir et la volonté de plus de justice qui la fondent. Ce qui nous porte, c’est de croire possible notre capacité collective à changer notre situation injustifiée économiquement, injustifiable socialement. Et ce qui nous motive, c’est d’agir au nom de cette croyance. La conscience de la légitimité absolue de notre revendication m’a aidée à tenir durant ces deux ans et demi : les auteurs et illustrateurs jeunesse ont droit à un minimum de 10% sur la vente de leurs livres comme tous les autres auteurs.

Liberté, espoir, volonté, action : quatre mots que je vis collectivement au conseil d’administration.
Et vivre ce collectif n’est pas simple, il implique des compromis, l’acceptation de ne pas adhérer à 100% aux initiatives enclenchées et aux idées partagées.
Je suis fière de notre Charte, heureuse de l’aventure de cette présidence qui m’a fait grandir et soulagée d’avoir transmis le flambeau à Samantha Bailly, élue à l’unanimité nouvelle présidente de la Charte.
C’est à Samantha Bailly que s’adresse mon dernier Merci, immense Merci qui mérite bien cette majuscule.
Elle m’accompagne depuis six mois à des rendez-vous divers et variés et j’ai pu constater sa capacité d’écoute, son besoin de comprendre, aussitôt suivi d’une enquête minutieuse lui permettant de répondre à toutes ses questions. Samantha ne laisse pas de zones floues entre elle et les autres, prépare ses dossiers, interroge les personnes compétentes, lit tout ce qui concerne le thème de sa recherche.
Avec Samantha, c’est une présidente aux arguments pointus que vous allez découvrir. Une présidente qui abordera les rivages des négociations sans craindre de se noyer dans le jargon juridique, bien souvent zone marécageuse pour les auteurs.
Elle sera bien entourée par l’équipe de salariés compétente et par le conseil d’administration motivé.
Samantha, tu as toute mon estime et ma confiance pour reprendre la présidence de notre association. Tu vas assurer ! Et nous pouvons tous nous réjouir aujourd’hui : la Charte est en de bonnes mains !

Pour finir cette tribune comme je l’ai commencée, je conclus par des mercis, au pluriel cette fois, puisqu’il s’agit de collectif :
merci à ceux qui s’engagent et donnent leur temps pour défendre des causes qui leur semblent justes, à ceux qu’un sentiment de révolte pousse à agir pour améliorer le monde, et plus précisément, dans notre cas, le monde du livre. Sans auteurs, pas de livre. Notre cause est juste. La diversité et la qualité de la littérature jeunesse, aussi fondamentale que toute autre forme littéraire, ne pourront perdurer si la situation sociale de ses auteurs/illustrateurs ne s’améliore pas. Il y a des solutions et j’espère que nous réussirons à les mettre en place ensemble. Je reste bénévole au conseil d’administration pour continuer à agir collectivement pour notre littérature et ses auteurs.

Amitiés chartistes et livresques,

Carole Trébor